Page 4 - Magazine SMIP
P. 4
la recherche sur le cancer :04Le M@G I N°10 I octobre 2014LES POINTS FAIBLES DU PLAN ANTI CANCER, La nécessité urgente de mieux évaluer les cancers liés à l’environnement et aux métiers., L’insuffisance des mesures destinées à faire baisser la consommation de l’alcool, surtout chez les jeunes., Le retard du dépistage du cancer du côlon., L’urgence d’une égalité d’accès à des soins identiques et de même qualité pour tous, objectif n° 1 du plan anti cancer.LES DERNIÈRES AVANCÉES DANS LES TRAITEMENTS DU CANCER30 000 médecins et chercheurs du monde entier se sont réunis du 31 mai au 2 juin 2014 lors de la 50ème conférence annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO). Quels sont les progrès par typologie de cancers :Cancer de la prostate : un nouveau traitement, commercialisé sous le nom de Zytiga, retarde le développement de la douleur et la détérioration de l’état de santé du malade chez plus de 60 % des hommes ne répondant plus aux thérapies normales. Cette thérapie permet d’éliminer totalement ce cancer quand il est diagnostiqué tôt.Cancer du sein : 1 000 femmes ont subi un essai clinique concluant avec l’Emilia. Cette thérapie a démontré son efficacité et sa moindre nocivité. La thérapie Emilia augure une nouvelle classe d’arme anti cancer ciblée. Pour les patientes souffrant d’un cancer du sein métastasé, ce nouveau traitement représente une percée tant son efficacité est grande et sa toxicité moindre. Cancer le plus fréquent chez les femmes, on dénombre 53 000 nouveaux cas chaque année et 11 500 décès en 2011.Cancer de l’ovaire : la nouvelle thérapie consiste en l’adjonction de l’Avastin à la chimiothérapie classique. Ce traitement combiné empêche la formation de vaisseaux sanguins nourriciers sur la tumeur, multiplie par deux la durée moyenne sans progression du cancer ni décès. Chaque année, on diagnostique 4 500 nouveaux cas de cancers ovariens en France (230 000 dans le monde). 70 % des femmes atteintes décèdent dans les cinq ans après le diagnostic.Le mélanome : deux nouveaux traitements, le Dabrafenib et le Trametinib, se sont montrés très prometteurs sur des thérapies ciblées. Selon les essais menés sur 250 patients, le Dabrafenib, qui cible le gène mutant BRAF, réduit de 70 % le risque de progression du mélanome. Le Trametinib, de son côté, neutralise la protéine MEK qui contribue à la croissance de la tumeur. C’est une avancée considérable car depuis 30 ans aucun nouveau traitement n’a été trouvé contre le mélanome avancé.En France, plus de 80 000 cancers de la peau sont diagnostiqués chaque année. 10 % sont des mélanomes cutanés. Pas moins de 1 620 personnes sont décédées de ce type de cancer de la peau en 2011.Cancer du poumon : selon l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), le cancer du poumon représente la première cause de mortalité par cancer. C’est aussi l’un des cancers les plus difficiles à traiter. Une étude montre que l’Afatinib, un médicament expérimental, prolongerait la survie de patients atteints de cancer du poumon de 4,2 mois.Traitement à base d’anticorps humains : une découverte donne encore plus d’espoir dans la guérison dans des cas avancés de cancer du poumon, de la peau et du rein. Ce médicament du laboratoire américain Bristol-Myers utilise un anticorps humain, les anti PD-1 qui ciblent les récepteurs inhibiteurs exprimés sur les lymophocytes T, des globules blancs jouant un rôle clé dans le système immunitaire. Sur les patients traités par cette thérapie, on a constaté un recul des tumeurs sur 18 % des cas pour le cancer du poumon, 28 % pour le mélanome et 27 % pour le cancer du rein. Des effets secondaires sérieux sont néanmoins survenus dans 11 % des cas.DOSSIER SANTÉtout s’accélère !Le plan anti cancer mis sur pied en mars 2003 pour une durée de 4 ans avait pour objectif de garantir un accès aux soins de bonne qualité pour tous quelle que soit la zone géographique où l’on séjourne. La plupart des 70 mesures, réparties en 6 chapitres (prévenir, dépister, soigner, accompagner, comprendre et découvrir) pour ce plan, a été suivie d’effets (voir encadré n° 1). Même si des inégalités dans ce domaine persistent encore, notamment sur les traitements, ce plan a permis de grandes avancées dans la prise en charge du cancer en France.


































































































   2   3   4   5   6