Page 10 - Magazine SMIP
P. 10
INFOS SANTÉDROIT DE RÉPONSE SUITE À LA PARUTION DANS L’ÉDITION D’AVRIL 2014Madame, Monsieur,Je suis très surprise d’un plagiat de ma recette mot pour mot par « annie cuisine » dans votre magazine smip N°9. L’utilisation de mes recettes est soumise à droits d’auteur.Dans ce cas précis, il s’agit d’une recette réalisée pour la Vie Claire, l’un de mes clients, pour leur magazine et leur site. La reproduction est donc interdite (Muffins noisette et baies de goji, rubrique « dessert » sur le site www.lavieclaire.com). J’espère que mon client n’en sera pas contrarié, il aurait fallu, au moins en faire la demande, à lui et à moi.Bien cordialement. Valérie Cupillard – Auteur culinaire.10Le M@G I N°10 I octobre 2014LA VITAMINE DLa vitamine D agit comme une hormone facilitant l'absorption du calcium et du phosphore par les intestins. Elle aurait certains effets bénéfiques sur les maladies telles que l'ostéoporose, le cancer et les risques cardiovasculaires. Elle aurait aussi des actions sur le rein et le système immunitaire.Son origine est double :• la vitamine D2 d'origine végétale. On la trouve dans la plupart des aliments.• la vitamine D3 synthétisée au niveau de la peau par l'action des ultraviolets sur le cholestérol. Celle-ci est également présente dans les aliments d'origine animale comme les huiles de poissons, (hareng, saumon, thon, sardines), le beurre, les céréales, les œufs et les foies d'animaux.Chez les enfants, la carence en vitamine D entraîne le rachitisme.Chez l’adulte, une carence en vitamine D se manifeste par une déminéralisation osseuse, de la diarrhée, de la nervosité et des sensations de brûlure dans la bouche et la gorge.Compte tenu du peu d’ensoleillement pour la plupart d’entre nous cette année, les suppléments en vitamine D paraissent indispensables à tous. D’autant plus que cette vitamine est présentée comme la solution « miracle » pour traiter de nombreuses affections.Cependant, une prise excessive ou mal appropriée de vitamine D peut s’avérer dangereuse également.Soyons donc vigilants face à ces diverses solutions « clés en main ». Votre médecin pourra vous conseiller, et s’il le juge utile prescrire une analyse (pas systématiquement prise en charge par les régimes obligatoires) afin de déterminer si un apport se justifie pour vous et dans quelle proportion.


































































































   8   9   10   11   12