Page 12 - Magazine SMIP
P. 12
La recherche de la bonne information a toujours été une pratique courante dans le domaine de la santé. En quelques années, nous sommes passés du choix entre bouche-à-oreille et magazines à internet. Mais avec une difficulté croissante : comment faire la distinction entre le bon grain et l’ivraie ? Car avec la puissance du réseau internet, les dangers d’une mauvaise information sont décuplées, voire plus.De la simple erreur, au propos de charlatan, les conséquences peuvent être lourdes.Un label reconnu et à connaitreDepuis 1995, une organisation non gouvernementale vient nous aider dans nos recherches : HON, le signe de Health on Net ou Fondation La santé sur internet.La mission de HON est de guider les utilisateurs d’Internet vers des sources en ligne d’informations médicales et de santé fiables, compréhensibles et pertinentes. HON travaille donc pour surmonter les principaux obstacles issus de l’utilisation d’internet : l’accessibilité et la fiabilité de l’information médicale de santé en ligne.Financée par le Canton de Genève, les projets Européens, la Haute Autorité de Santé de France (HAS) et la fondation Provisu, HON offre plusieurs types d’outils en fonction du public concerné.Un code de déontologieLe premier de ces outils est le HON code, véritable code de déontologie guidant les responsables de sites Web dans la mise en place et le respect de règles de base permettant de mettre à disposition une information médicale de qualité, objective et transparente adaptée à la mission et à l’audience du site. La transparence d’un site améliore l’utilité et l’objectivité de l’information et la publication de données correctes.Démarche volontaire et déclarative, les sites demandant la certification et les sites certifiés s’engagent ainsi à respecter les bonnes pratiques éditoriales édictées dans le HONcode et les exigences pour la certification HONcode. Au minimum, le site demandant cette certification doit respecter 8 principes permettant d’assurer cette transparence. Premier de ces principes, essentiel, la source des informations dit être clairement indiquée. Cela passe par une signature des articles et la qualification de l’auteur. La formation ou qualifications ou spécialité médicale des responsables du contenu médical doivent être indiqués. Si l’auteur de l’information médicale ou de santé n’est pas un médecin ou un professionnel de santé, cela doit aussi être clairement indiqué. En cas d’espaces d’échanges tels que les forums ou les commentaires, les modalités de modération, et la qualité des personnes qui en sont responsables doivent être indiquées.Information médicale n’est pas consultation médicaleLe second principe, tout aussi essentiel, est la complémentarité de l’information. Il ne s’agit en effet pas de se substituer à une source médicale. Le HONcode est clair : « L’information diffusée sur le site web doit être destinée à encourager, et non à remplacer, les relations directes entre patient et les professionnels de santé ». Dans cet esprit, la politique éditoriale doit être explicitée. En conséquence, sont exclus de la certification, les sites proposant des "consultations en ligne" dans lesquelles un diagnostic peut-être proposé. A l’inverse, les sites proposant uniquement de l’information et dépourvus de proposition de diagnostic sont éligibles à cette certification. La confidentialité des informations transmises par les internautes doit être précisée. Cela va de l’usage des informations recueillies par voie de formulaire (notamment les données nominatives et les emails), l’utilisation de cookies, petits fichiers déposés sur les ordinateurs des internautes, notamment pour permettre l’enregistrement de données de navigation, ou la conservation des statistiques de navigation. Comme évoqué précédemment, la source des informations, lorsqu’elle a un caractère scientifique, doit être présentée de façon précise afin que l’internaute puisse s’y référer. Autre principe : l’information médicale doit être fournie de façon objective et équilibré. Cela est d’autant plus important lorsqu’elle porte sur l’analyse d’une méthode ou d’un produit de santé. Les échanges entre l’internaute et l’équipe animant le site doivent également être proposés, de façon claire et facile d’emploi, permettant à l’internaute de demander des compléments d’information ou une aide dans la compréhension d’un article. Enfin, un volet important concerne le financement du site : Afin d’éliminer toute question de conflits d’intérêt, le site doit inclure une déclaration relative à ses sources de financement et si la publicité est une source de revenus du site, cela sera clairement indiqué.Publication avec l’aimable autorisation de la FNIM (Fédération Nationale Indépendante des mutuelles)


































































































   8   9   10   11   12